Yoga et Alimentation

Hippocrate, médecin grec (environ 400 an avant J.C), écrivait :

« laisse ta nourriture être ton médicament, et ton médicament être ta nourriture ».

AVERTISSEMENT : Cette citation d’Hippocrate, le créateur du fameux serment que tous les médecins devaient faire avant de pouvoir exercer (avant que la motivation ne devienne plus pécuniaire),ne doit en aucun cas vous inciter à stopper les traitements prescrits par votre ou vos médecins, et que vous prenez à ce jour. Je ne prétends aucunement me substituer au corps médical. Seulement vous donner des informations qui peuvent être un complément pour votre bien-être, et donc votre santé. En effet, depuis Hippocrate, la médecine moderne a quelque peu changé les données du problème.

Et ce, même si nous allons replonger dans l’histoire de l’humanité, afin de comprendre certaines choses. Avant de devenir l’homme moderne (Homo sapiens sapiens), un million d’années d’évolution ont été nécessaires, depuis les premiers hominidés jusqu’au dernier néandertalien. Mais l’origine de l’humanité est commune à nous tous : l’Afrique de l’est, ou l’homme vivait autour de grands lacs, riches en poissons, crustacés, algues.

Certains chercheurs pensent que c’est cette alimentation, riche en oméga 3 – un acide gras essentiel (dit essentiel car notre organisme en a besoin, mais que nous sommes incapables de produire) polyinsaturé – qui a été le déclencheur de notre évolution sur le plan mental (voir bibliographie).

Alors,qu’est donc cette bestiole ???. Tous simplement et sans rentrer dans les détails, un acide gras polyinsaturé est un acide gras liquide à température ambiante (par opposition aux acides gras saturés (beurre, saindoux, graisses animales), qui eux sont solides à température normale) et qui sont très bénéfiques pour la santé surtout si ces acides gras sont des oméga 3. vous trouverez d’ailleurs sur internet, une littérature très complète des effets de ces derniers sur la santé (en cardiologie, aussi bien qu’en neurologie).

Le comment du pourquoi est simple : Entre 65 et 70% de notre cerveau est constitué d’acides gras. Que vous mangiez beaucoup d’acides gras saturés et le gainage de vos neurones en contiendra beaucoup, et donc comme ils ne sont pas liquides à basse température, la structure de votre cerveau sera rigide(relativement). Que vous consommiez des acides gras polyinsaturés, et vos cellules baigneront dans un environnement plus souple, plus fluide, et ainsi les communications inter-neuronales seront plus faciles et plus stables (Chamberlain J., (1996), « The possible rôle of long-chain, omega 3 faty acids in human brain phylogény », Perspectives in Biology and Medicine, vol. 39 (3), p 436 – 445)

Et comme je le répète volontiers à mes élèves, si votre corps est raide, c’est que votre cerveau manque de souplesse, et si votre cerveau manque de souplesse, votre corps ne manque pas de rigidité : L’un et l’autre fonctionnent ou dysfonctionnent ensemble.

Maintenant, revenons à notre alimentation d’homo occidentalis (ne cherchez pas, c’est pas français!!!) actuel (vous et moi). Notre apport nutritif en oméga 3 est de l’ordre de 1/15 de ce qu’il était dans les premiers temps de l’humanité. Or la chimie du cerveau n’a elle, pas variée, et il est donc souhaitable de rééquilibrer quelque peu les choses.

Poisson, crustacés, légumes verts (épinard), crudités (pourpier) d’une façon un peu plus fréquente suffisent dans bien des cas à revenir à un équilibre bénéfique, d’autan que l’on peut en manger tous les jours (sans pour autant se priver d’une bonne tranche de jambon cru ou de saucisson de pays – miam!!!, une fois n’est pas coutume). Au niveau des huiles le colza, noisette ou noix et le lin (conservez cette dernière à l’abri de la lumière, de la chaleur et en bouteille bien fermée, son oxydation étant toxique pour l’organisme) sont les seules à contenir des oméga 3, mais tout en conservant l’huile d’olive par exemple pour la cuisson, cette dernière étant excellente au niveau cardiaque. Enfin, et bien que je sois par nature opposé aux compléments alimentaires, une petite cure de spiruline 2 fois par an (novembre/février, 4 grammes /jour), n’est pas forcément une mauvaise chose. Concernant les huiles de poisson, n’utilisez que si vous vous sentez déprimés ou que vous l’êtes réellement (dépression modérée, burn out) et que vous refusez les antidépresseurs. 1 500 mg d’EPA/jour durant 3 à 9 mois ( EPA : acide eïcosapentaenoïque). Pas un traitement, mais une méthode validée dans des pays tels le Canada ou les USA et validée par 2 de mes élèves et 4 de mes amis que j’ai aidé à choisir cette méthode.

J’ai écris un article dans lequel vous pourrez voir que le Yoga, s’il n’avait été forcé par l’hindouisme à se soumettre au végétarisme, ne l’est en fait pas du tout, car il part de l’analyse et du respect de la nature , et que par définition, l’être humain n’étant pas un herbivore, l’y forcer est anti-yogique, par nature!. Après, être végétarien est tout à fait respectable, en soi, mais en reconnaître l’origine religieuse, est plus honnête.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close