bien être, développement personnel, méditation, neurosciences, séances, vivre, yoga

Et revoilà l’ascidie…..

Si votre mémoire est bonne, vous vous rappelez cette adorable petite bête marine, et dans le cas contraire, je vous suggère d’aller voir dans l’article du mois de décembre 2016. Et en ce jour de printemps, ou la remontée de l’énergie et de la vie est un foisonnement vivifiant, faisons un tour dans la méditation…..

Lors du début de sa vie, son cerveau commande des informations simples, telles que « y a t’il du monde dans le coin » (densité de population, les yeux), température au fond de la mer (comme le fait notre épiderme), ou encore sur la qualité et la quantité de bouffe présente dans l’environnement proche, un peu comme un bébé humain. Mais là, tout commence à diverger, car nous, nous commençons à nous prendre la tête dés ce moment là!!!. Pour autan revenons à notre petite bête.

Lorsqu’elle trouve son lieu idéal en fonction des éléments pré-cités, elle se fixe sur un rocher qu’elle ne quittera plus. Et dés cet instant, quelle est sa première action??? Elle se déguste le cerveau et le système nerveux. Ni plus, ni moins.

Hé oui, sans mouvement, nul besoin de s’offrir le luxe d’un cerveau. C’est une chose lourde, en terme de consommation d’énergie, et comme son activité principale est d’émettre une pensée toute les trois secondes, c’est également potentiellement un moyen de se mettre dans la mouise ou d’être mal dans sa peau toute les trois secondes!!

Sur l’article précité, je vous parlais de l’ascidie dans le cadre du mouvement dans le Yoga. Aujourd’hui, je vais vous reparler de la méditation, car il me semble que parfois, vous ne saisissez pas son essence. La méditation c’est être dans la situation de l’ascidie sur son rocher, une fois la dégustation de son cerveau terminée (attention, prenez cela comme une image!!!). En effet, elle ne se pose plus de question sur rien, elle ne cherche rien, elle n’attend rien (elle ne peut plus), bref elle médite!.

Je sais que certains vont me dire que j’abuse. Vous savez, j’ai des élèves qui sont entrés une fois en méditation, et qui n’y retourne pas depuis. Savez vous pourquoi? Parce que, justement, ils attendent que cela se reproduise! Et là est la première erreur.

Le but de la méditation, comme du Yoga étant d’harmoniser le corps et l’esprit, il faut cesser de privilégier le second par rapport au premier, dès que vous êtes dans l’attente, la recherche, le questionnement, vous ne pouvez pas être dans la méditation. La relaxation tout au plus.

Ne vous avais-je pas dit, il y a quelques temps , que le Yoga était méditation dans sa pratique profonde? Hé bien, si vous avez bien suivi, c’est exactement ce que je viens de vous proposer. Alors pratiquer le Yoga, ce n’est pas manger son cerveau, nous ne sommes pas des ascidies, mais tout au moins apprendre à le remettre à sa place. Tant dans sa partie posturale, respiratoire, que méditative, donc dans la plupart de ses facettes, le Yoga est une pause dans le présent. Je vous avais cité une phrase de BKS IYENGAR dans son livre « la bible du yoga » (voir bibliographie sur le site), dans laquelle il dit que pratiquer c’est « être dans l’éternel présent ».

Ici ce n’est pas dans le sens mystique qu’il faut voir cette assertion, mais bien dans un sens physique. Le temps s’écoulant, le présent naît de chaque instant, et si vous êtes dans ce présent, comme il se renouvelle d’instant en instant, éternellement, vous êtes forcément dans une forme d’éternité. Et si vous reprenez l’article sur le livre de Carlo Rovelli, alors le temps n’existant pas dans le monde quantique, vous êtes dans l’éternité quantique lorsque vous méditez, pratiquez, cuisinez, vivez dans ce présent!!!.

Et dans toutes les choses que je vous écris sur le Yoga, les neurosciences, la méditation, la présence, etc, etc, on en reviens toujours aux deux mêmes choses. Etre dans le présent, et Pratiquer le Yoga…….. Pas faire du Yoga!!!

Bonne pratique à tous.

bien être, développement personnel, neurosciences, yoga

Les chiffres de la vie

J’avais envie de vous faire partager une image assez différente de ce qu’est la vie. En effet, on la regarde le plus souvent comme une accumulation d’instant, d’histoires, de bonheurs ou de malheurs, mais on la regarde toujours suivant un aspect extérieur!!! (on n’aborde l’intérieur qu’en cas de maladie …). Et si on prenait conscience de Nous?

Si nous nous plongions dans ce qu’est la vie en nous, que verrions nous? Toutes les 24 heures, notre sang circule sur une distance de 96 600 Kilomètres, propulsé par un cœur qui, dans le même temps se contracte environ 101 000 fois, pompant 7,5 litres de sang par minute, soit 450 litres par heure(soit autan que la pompe pour irriguer mon potager) et 10 800 litres par jour. Nos poumons recyclent environ 172 800 litres d’air dans la même journée, accueillant 21% d’oxygène, distribué dans chaque cellule à chaque inspiration, et nettoyant une quantité similaire de gaz carbonique dans les mêmes conditions.

Les 100 000 milliards de cellules de votre corps provoquent entre 100 000 et 6 milliards d’opérations à chaque seconde, pendant que toutes les minutes 25 milliards de ces cellules sont crées et que autan sont éliminées. Vos boyaux, une fois dépliés dépassent la distance de la terre à la Lune, soit 384 000 Kilomètres. Et si l’on compte notre microbiote, il faut rajouter 39 000 milliards de bactéries, virus, champignons, etc… Si l’on parle de connexions neuronales les chiffres enflent tellement que nous allons rester dans des proportions accessibles, sachant déjà que nous avons, en moyenne, 45 000 pensées/ par jour, dont environ 90%, sont les mêmes chaque jour!!!. La vitesse de transmission de l’information (ou influx nerveux) dans le corps, chez l’adulte est de 300 mètre par seconde, soit une vitesse de 1 080 Kilomètres en une heure.

Au repos la puissance électrique instantanée d’un corps humain est de 100 Watt, et d’une personne qui bêche son jardin 500 Watt. Pour comparaison, la terre reçoit du soleil 300 Watt par mètre carré chez nous en Europe à midi solaire en hiver!. A la naissance, notre corps possède 350 os, alors qu’un adulte n’en a plus que 209. Le stapédien, muscle du fond de l’oreille, mesure 5 millimètres et n’est pas plus épais qu’un fil de coton (c’est le plus petit du corps humain), perdu au milieu des 639 muscles du corps (tête 94, cou 85, membre supérieur 118, membre inférieur 96). Sur les 60 muscles du visage (quand en début de méditation, je vous demande de relâcher les muscles de votre visage, qui y pense???), il vous en faut 20 pour sourire et 40 pour froncer les sourcils ou encore pas loin de 60 pour faire la tronche!!!(vous comprenez mieux pourquoi je ne fait jamais la gueule, je suis trop flemmard….). La vitesse d’un éternuement est de 160 km/h. Etc…..

Après, si c’est forcément moins poëtique que le ressenti devant un coucher de soleil, ou un poëme de Rimbaud, ces chiffres pourraient donner le tournis à un troupeau d’éléphants en goguette!! Et pourtant, ils représentent tous des processus physiologiques et/ou biologiques, sans lesquels nous ne pourrions survivre. Et ils ont l’avantage de cerner, ou du moins d’entre apercevoir, la complexité de la machinerie que nous sommes.

Bien sûr, il n’est pas question de chercher à ressentir tous ces processus, nous en serions de toute façon bien incapables, mais d’avoir conscience des trésors d’ingéniosité que la nature à du mettre en œuvre pour que vienne à naître une bestiole aussi complexe que homo sapiens!!!. Imaginez, dès lors, sa déception(à la nature) devant ce que nous faisons au reste du vivant, sans lequel, pourtant, nous ne pourrions pas vivre alors que nous nous acharnons à le détruire.

Voila le paradoxe qu’il nous faut résoudre, et rapidement, si l’on ne veut pas voir nos petits enfants sans avenir.

Bonne pratique à tous.

écologie, bien être, développement personnel, méditation, neurosciences, séances, thérapie manuelle, yoga

Vous les Femmes……….

En ce jour, juste un petit mot, qui même s’il n’a pas de sens, ou moins dans nos cultures, représente pour des femmes maintenues sous la coupe de cons par des religions ou/et des traditions depuis des millénaires, un espoir que l’humanité peut changer le monde! Et que ce changement c’est vous!!. A toutes celles qui me suivent, à mes élèves, à toutes celles qui souffrent, à celles qui doutent, je vous envoie toute ma tendresse. Avec l’espoir que cette journée soit un rayon de soleil pour vous toutes, même si je souhaite que l’on pense à vous avec respect et tendresse les 364 autres jours de l’année.

Plein d’Amour à toutes.


Yoginours
écologie, bien être, développement personnel, méditation, yoga

L’Agriculture

Vous trouverez ci-après les coordonnées d’une vidéo de Claude Bourguignon, Agronome, ancien de l’INRA qu’il a quitté quand on commencé à lui demander de mentir sur l’état des sols. Depuis, d’ailleurs, l’INRA le traite d’amateur, chose étonnante, puisqu’ils l’avaient engagé, et qu’à première vue il n’y a pas d’amateurs à l’INRA!!!

Vous pourrez retrouver sur internet des informations plus complètes sur son travail. Ce document dure 4 minutes environ. Regardez le pour comprendre ce qui nous attends. Peut-être qu’enfin un nombre suffisant de personnes comprendrons que l’on va directement dans un mur si on continue ainsi. Parce que si on attend quelque chose de nos dirigeants…..

Si vous observez la vie sur terre, 99,7% de la biomasse est végétale, ce qui veut dire que les animaux représente seulement 0,3% de cette dernière, et les être humains moins de 0,1% de celle-ci. Or, ces mêmes être humains (0,1% de la vie sur terre) bousillent plus de 140% de ce que la terre peut produire en 1 an!(en 2018, on a fini de dépenser ce que la terre peut produire sur une année le 6 août!). Peut-on prétendre aimer ces enfants et petits enfants après ça?. Et comment ne pas comprendre que si l’humanité peut faire cela, qu’y a t’il d’étonnant à ce que moins de 20% d’entre eux squattent 80% de la richesse de la terre?

Partagez ce document en nombre. Peut être qu’entre les jeunes qui se battent en manifestant, et des adultes suffisamment nombreux, il sera possible de faire avancer la voie de la raison. Bonne journée.