bien être, développement personnel, méditation, séances, yoga

Le Temps pour seule raison (Oraison?)

Le chapitre 13 du livre de Carlo Rovelli, présente une synthèse , ou un résumé de son livre, de ce qui est vérifié expérimentalement, et de ce qui n’est qu’hypothèses, et n’existe qu’a travers les équations. Mais alors, me direz vous, que vient faire cette histoire de temps dans le yoga, ou dans la méditation?

Simplement, je demande à mes élèves de s’ancrer dans le présent et d’être présents en eux. Alors cela a-t’il un sens, lorsque l’on sort de l’existence même du temps? Si le temps est effectivement différent aux divers endroits de l’espace, et même entre différentes personnes, que signifie de s’ancrer dans le présent? Cela vient en partie de ma formulation. Je devrait dire ancrez vous dans votre présent!!! Car si le temps n’est pas le même au sein de l’univers, votre expérience de vie, se déroule bien dans le temps, naissance, vie, mort. Cela est une réalité de notre état d’humain, et une réalité de votre vie quotidienne.

Et c’est là que sont les limites de Carlo Rovelli. Que les lois de la physique quantique soient faites pour fonctionner sans données de temps, c’est bien, et certainement vrai. Ce qu’il dit est à la fois sensé, et je ne maîtrise pas assez les équations de cette dernière pour les discuter. Je poserai nonobstant que deux questions: Vivons nous dans le monde quantique? non / Les équations de la relativité générale (celles qui régissent notre monde) sont elles caduques? non. Donc le temps s’écoule bien dans notre monde.

Qu’en tirer au niveau de nos pratiques? Que si notre expérience de la vie se déroule dans un temps fini, de la naissance à la mort, il y a aussi des choses immortelles en nous. Tout ce qui nous compose. Je lisait l’autre jour un article dans lequel des scientifiques affirmaient que nous avions tous en nous un atome ou une molécule ayant appartenu à Jules César!!! Ce qui nous fait une belle jambe, mais qui prouve que plusieurs millénaires après sa mort, une partie de sa vie existe bel et bien sous une forme différente. Et en nous!!!

Comme cela est un fait, notre pratique se déroule à la fois dans le temps, et hors du temps, que cela soit au niveau de la méditation ou au niveau du Yoga (ce qui est la même chose), dans la mesure ou si vous travaillez en vous recentrant sur vous, il y a bien un avant et un après le cours ou la méditation, mais au sein de votre pratique la notion même de temps disparait…….

Non? Pourtant souvent lorsque vous êtes vraiment dans votre pratique ou que vous êtes centrés en vous au départ de la méditation, vous êtes nombreux à me dire (en cours, mais je suppose que cela se passe de la même façon chez vous), lorsque vous revenez dans le monde réel (du moins réel, parce qu’il nous entoure et qu’il est palpable avec nos sens!), que vous avez la sensation que ce passage n’a duré que quelques instants…..

Est-ce à dire que le temps ne c’est pas écoulé pendant cette méditation ou ce cours? D’une certaine façon oui. Il ne s’est pas écoulé au sens quantique du terme, et il ne s’est pas écoulé pour vous. Réfléchissez bien à cela!. Vous touchez du doigt, en cet instant, ce qui est une partie d’immortalité (non pas divine, je ne m’occupe pas de croyance). L’immortalité naissant de l’absence de temps. Entendons nous bien, le temps n’est que quelque chose dans l’univers qui fait que demain finira toujours par être aujourd’hui. Et c’est tout. Tout le reste n’est qu’artefact du temps, ce qui fait que l’on mélange presque toujours le temps, et ces effets!. Exemple, vieillir est un artefact du temps, pas le temps, et c’est une chose qu’il faut bien comprendre

Alors, lors de vos prochaines pratique, centrez vous en vous, et laissez faire. Peut-être ressentirez vous, enfin, ce dont je viens de vous parler. Bonne pratique à vous tous.

bien être, développement personnel, méditation, yoga

Quand on ne sait pas ce qu’est la vie,comment pourrait-on savoir ce qu’est la mort? – Confucius

Je finissais en ce dimanche, pour une fois pépère, le livre de Carlo Rovelli, directeur de recherche au CNRS à Marseille, physicien des particules et auteur de la théorie de la gravité quantique à boucles, ayant pour titre « L’ordre du temps » – Flammarion – 2018.

Le temps est quelque chose de spécial, dans la mesure ou au niveau de l’infiniment petit, donc de la physique quantique, il ne « passe » pas. On sait aussi qu’il n’est pas le même partout, ainsi il ne s’écoule pas à la même vitesse au niveau de vos pieds ou au niveau de votre tête lorsque vous êtes debout, qu’il passe plus vite pour un tibétain sur un plateau himalayen que pour un tahitien, et qu’il ne passe plus au niveau de l’horizon d’un trou noir.

Le temps n’a donc, en terme de physique quantique, pas d’unicité, de direction, de présent, mais comme dans ce monde là, il n’y a pas non plus de « choses », mais seulement des « évènements », comment ne pas accepter que dans cet état, le déroulement du temps, à notre échelle et dans un seul sens n’ait pas de sens physique. D’où la présence de Confucius en titre de cet article, et sa citation. Je vous encourage à lire ce livre, il remet en question plein de croyances sur ce que nous sommes et sur le monde dans lequel nous pensons vivre. Et si on ne comprend rien au niveau de notre vie, parce qu’on ne vit pas dans un monde exactement tel qu’on le conçoit, comment effectivement comprendre la mort?

Après, si dans l’infiniment petit, le temps n’existe pas au sens des équations, comment se fait-il qu’il naisse à notre niveau, puisque nous ne sommes que l’assemblage de particules élémentaires ayant donné un animal nommé Homo sapiens sapiens? Nous naissons et mourrons. « Chaque jour, d’innombrables personnes meurent, et pourtant celles qui restent vivent comme si elles étaient immortelles » – Mahâbhârata – livre III – réponse du plus grand sage, Yudhisthira à la question « quel est le plus grand des mystères? ».

Un flou, répond Carlo Rovelli. Une interaction due à la façon particulière dont nous- le système physique dont nous faisons partie – interagissons avec l’univers. Nous serions syntonisés sur un sous ensemble d’aspects de l’univers très particulier, et c’est celui-ci qui est orienté dans le temps. Il n’y a pour Carlo Rovelli aucune raison pour que dans son immensité, l’univers n’ait pas, par endroit, des configurations spéciales, correspondant à la notre, et de ce fait que dans les interactions qui régissent notre petit système, nous fonctionnions avec un temps qui a un sens, alors que l’univers, lui , dans ses lois fondamentales n’en a pas ( de temps et de sens du temps).

Ce sens serait donné par l’entropie du système: Basse à sa naissance, et en augmentation, car cette seconde loi de la thermodynamique est la seule loi en physique qui donne un sens au temps. Plus le temps passe, plus un système se désorganise (l’exemple cité par Carlo Rovelli est celui d’un jeu de 12 cartes; 6 noires et 6 rouges. Les 6 noires d’un côté, les 6 rouges de l’autre. Quand vous commencez à battre les cartes, les rouges et les noires se mélangent, et donc se désorganisent. Et plus vous mélangez, plus c’est le souk!!! C’est cela l’entropie d’un système). Mais comme son nom l’indique, elle fonctionne en relation avec la chaleur (thermo). Or si ce désordre était à l’oeuvre partout, nous n’existerions pas, puisque pour faire un être vivant il faut que les atomes et les molécules s’organisent selon un certain ordre, et non pas se désorganisent!. Il faut que des acides aminés se combinent pour finir par donner un brin d’ADN. Sans ADN, pas de vie, et sans organisation, donc non plus!!.

Mais serait-ce là, notre incompétence à gérer tous les évènements? Ou tout simplement notre difficulté à reconnaitre nos limites mentales et conceptuelles? A sa naissance, les physiciens considèrent l’univers comme homogène et isotrope, comment pourrait-il évoluer vers un ensemble de sous systèmes différents avec des modalité de fonctionnement divers et variés? Ensuite, pour comprendre et analyser un système, il faut l’observer de l’extérieur, hors l’univers comprenant tout, on ne peut en sortir pour le regarder et l’analyser de dehors. Il n’y a pas de « au delà de l’univers »!.

Alors parfois, ne pas savoir, ne pas avoir de réponses à un problème est peut être plus sage, que de se chercher des règles physiques qui ne correspondent pas à la réalité objective (même si Carlo Rovelli reconnait qu’il ne sait pas si sa façon de voir est la bonne, mais seulement qu’il est tombé amoureux de son hypothèse!), ou de se créer un papy barbu qui régnerait au dessus de nous et règlerait tous nos problèmes, une fois passé la mort!. Pour autant le propos de ce livre est positivement passionnant!!!(je l’ai dévoré en moins d’une journée!)

On reviendra sur certaines expérience de physique, car effectivement cela induit des choses au niveau du yoga, et au niveau de la manière de le vivre. Mais également au niveau de la méditation, partie du yoga, dans laquelle on cherche a se recentrer sur l’instant présent, présent qui n’existe pas, physiquement parlant, au niveau des équations de Mr Novelli! Vaste programme!!.

A méditer. Bonne pratique à tous, et bonne lecture.

écologie, bien être, développement personnel, méditation, neurosciences, séances, thérapie manuelle, yoga

Quoi qu’il t’arrive dans la vie, sois heureux…….

Hé oui, au risque d’en déranger certains, d’en heurter d’autres, et de culpabiliser les derniers, c’est ma façon à moi, de vous souhaiter une bonne année…..

En effet, cette philosophie vieille de 5500 ans, voir légèrement plus, sous-tend tout le Yoga, dans son acception la plus ancienne et la plus pure, mais également toute la vie. Comment, enfin, échapper au bonheur en suivant ce simple enseignement?

Quoi qu’il t’arrive, même le pire[cherche bien, il y a largement pire], dans la vie, tu n’en as qu’une [celle que tu es entrain de vivre, quand tu ne erres pas dans les méandres d’ un passé qui n’existe plus, ou que tu n’est pas obscurci par un futur qui n’existe pas encore], sois heureux de vivre cette vie là, parce que ici et maintenant c’est Ta vie!!! Et elle est belle!!![ Si, si, tente 15 jours en Corée du nord ou chez bachar el assad, on en reparle après….]

Je me remémore le regard de certains de mes élèves, lorsque je venait transmettre à l’une d’entre elle le cours à faire en mon absence, et que je faisais le clown pendant quelques minutes, avant de repartir abruti par la morphine me coucher. J’étais heureux de ces instants volés sur le cancer et la douleur!!!! Mais combien ont cru, ou croient encore que je faisait semblant, ou que je me forçais?????(Croyance quand tu nous tiens!!!)

Et quand je leurs disait que j’étais heureux d’avoir eu ce cancer qui me permet aujourd’hui de faire ce qui me plait le plus, à savoir aider et soigner d’autres êtres humains (au lieu de continuer à travailler comme un con dans le monde de la restauration, pour un salaire de merde, sans même l’estime des patrons), combien m’ont pensé fou ou menteur???? (certains le pensent encore, au demeurant!!)

Combien, d’ailleurs, me plaignent encore pour les 8 mois que j’ai passé à souffrir, sans manger (sauf au travers d’une sonde nasale, sinon je serais mort, bien évidement), alors que s’ils réfléchissaient un instant, ils verraient qu’à mon age, j’ai vécu 88 fois 8 mois dans ma vie, donc qu’en n’ayant souffert qu’une seule fois 8 mois, j’ai toutes les raisons d’être heureux!!!!

Alors oui, trois fois oui, si vous faites votre cette philosophie, cette année sera une année merveilleuse pour vous, comme au demeurant les suivantes, et plus vous vous imbiberez de celle-ci, plus elle gagnera toutes les cellules de votre corps, et plus votre bonheur sera vrai et profond.

C’est le cadeau de cette simple phrase que je souhaite vous offrir comme viatique pour cette année 2019, en souhaitant qu’elle vous apporte paix, bonheur et richesse intérieure, la seule richesse que vous ne pourrez jamais perdre.

Et qu’alors, quoi qu’il vous arrive cette année, vous soyez heureux. Et que ce bonheur irradie votre vie, et votre pratique.

Bonne année 2019 à tous et toutes