bien être, méditation, neurosciences, vivre, yoga

Sirsasana, pouvoir enfin grandir…….

Faisant suite à ce que je vous écrivais sur Sirsasana (voir archive du 6 février 2017 (c’est à dire relire l’article. Merci.)), article dans lequel je vous parlais de la réalité de cette posture, ou plutôt de Ces postures, car dans Sirsasana, il y a une quinzaine de postures, dont 5 postures de base qui permettent de travailler en évoluant vers La posture Niralamba Sirsasana. Qu’on la considère comme la reine, ou plus simplement comme la posture d’ouverture à la quintessence du Yoga.

En préambule, je voudrait vous rappeler que Sirsasana doit toujours être suivi de Salamba Sarvangasana, puis Halasana et Adho Mukha Virasana, ce qui vous permettra d’étirer votre colonne cervicale et de la détendre. Est-il utile de rappeler qu’elle n’arrive qu’en fin de séance, quand le corps est chaud et le mental redressé et ouvert.

Revenons donc à Sirsasana. Lors de l’article précédent,je vous présentais les 3 premières phases du travail de Sirsasana, à savoir Salamba Sirsasana I, II et III, pour lesquelles vous trouverez d’ailleurs les photos sur l’article. A ce propos, je voudrais vous rappeler que plus que dans toute autre posture, Sirsasana nécessite une écoute et un respect total des instructions données par l’enseignant, car c’est une posture, qui mal prise, peut avoir des conséquences désastreuses sur votre corps tout entier. Je vous demande également de vous rappeler toutes les instructions que je vous donne dans Tadasana,

Tadasana

car, si vous n’avez besoin d’aucune force, ni d’une attention particulière pour vous tenir debout, une mauvaise tenue debout entrainera inéluctablement une mauvaise posture dans Sirsasana (puisque vous êtes debout sur la tête!!!). Respectez un alignement Menton/Gorge/Sternum afin d’éviter que votre tête ne penche d’un côté ou de l’autre. L’arrière de la tête, le dos, l’arrière des cuisses, et les talons doivent former une droite perpendiculaire au sol.

L’intérêt des différentes variations de Sirsasana, réside dans le fait d’apporter du sang neuf et sain à votre cerveau, augmentant ainsi les capacités de raisonnement, une régénération mentale, une clarté au niveau des idées et surtout un équilibre corps/esprit, porte ouverte vers la méditation profonde (ondes cérébrales théta):

  • Ondes delta : de 0,5 à 4 Hz, celles du sommeil profond, sans rêves.
  • Ondes thêta : de 4 à 7 Hz, celles de la relaxation profonde, en plein éveil, atteinte notamment par les méditants expérimentés.
  • Ondes alpha : de 8 à 13 Hz, celles de la relaxation légère et de l’éveil calme.
  • Ondes bêta : 14 Hz et plus, celles des activités courantes. Étrangement, les ondes cérébrales passent au bêta pendant les courtes périodes de sommeil avec rêve (sommeil paradoxal), comme si les activités du rêve étaient des activités « courantes ».

Mais reprenons sur les bénéfice de Sirsasana. Sirsasana apporte une bonne irrigation des glandes pinéale (épiphyse, glande endocrine de l’épithalamus du cerveau des vertébrés. A partir de la sérotonine, elle sécrète la mélatonine et joue donc, par l’intermédiaire de cette hormone, un rôle central dans la régulation des rythmes biologiques (veille/sommeil et saisonniers)), et pituitaire ( Hypophyse, elle est reliée à une autre partie du cerveau appelée l’hypothalamus par une tige hypophysaire (également appelée tige pituitaire). Elle produit des neurormones qui gèrent une large gamme de fonctions corporelles, dont les hormones trophiques qui stimulent les autres glandes endocrines. Cette fonction lui a valu de se faire appeler par les scientifiques « glande maîtresse » du corps, mais aujourd’hui on sait que l’hypophyse est régulée par les hormones (neuro-hormones) émises par l’hypothalamus)et donc par effet boomerang, elle interagit sur notre vitalité, notre santé, notre croissance, et notre longévité. Et en fin de compte sur notre bien être général!!! Rien que cela….

Voici donc les deux dernière variation de base de Sirsasana, celles qui entre-ouvrent les portes de Niralamba Sirsasana (la posture du maître). Mukta Hasta Sirsasana et Baddha Hasta Sirsasana. Commencez le travail contre un support (angle de mur). L’équilibre est bien sur le même que pour les versions précédentes, simplement les points d’équilibre sont de plus en plus légers, ce qui de facto, augmente votre capacité d’équilibre et vous rapproche de la perfection demandé dans Niralamba Sirsasana. Une fois que vous aurez acquis une certaine pratique, essayez de changer de posture en restant sur la tête (à condition d’avoir appris au préalable à tomber mollement en roulade afin de ne pas se faire mal).

Pour information, les noms des postures sont donnés de gauche à droite par rapport aux photos. Globalement, si vous regardez l’écartement au niveau des coudes, vous verrez qu’il est toujours similaire, entre toute ces posture, à savoir le même que pour Baddha Hasta Sirsasana: se tenir les bras au niveau des coudes( remarquez que sur la photo de Mukta Hasta Sirsasana, mon coude droit étant légèrement plié, je ne suis pas exactement dans la posture puisque l’écartement de mes coudes est mauvais. c’est pour cela que je préfère travailler ces postures, seul et dans le calme, plutôt qu’avec des gens lors d’une séance photo!). Et quand je dis dans toutes, cela inclus Salamba Sirsasana I et II. Seule Salamba Sirsasana III échappe à la règle, de par le fait que les coudes sont collés l’un à l’autre (très certainement la variation la plus complexe, et la dernière avant la Reine!!!).

Nous continuerons à évoluer dans les postures, puisque toutes (tous) mes élèves maîtrisent Salamba Sirsasana I (du moins contre un mur), et que certaines (certains) ont commencé à travailler Salamba Sirsasana II. Je trouve sincèrement que plus on évolue dans Sirsasana et vers Niralamba Sirsasana, plus on évolue dans l’approfondissement du travail en méditation.

En attendant cette évolution, je vous souhaite à toutes (tous) une bonne pratique.