bien être, développement personnel, méditation, neurosciences, séances, vivre, yoga

Et revoilà l’ascidie…..

Si votre mémoire est bonne, vous vous rappelez cette adorable petite bête marine, et dans le cas contraire, je vous suggère d’aller voir dans l’article du mois de décembre 2016. Et en ce jour de printemps, ou la remontée de l’énergie et de la vie est un foisonnement vivifiant, faisons un tour dans la méditation…..

Lors du début de sa vie, son cerveau commande des informations simples, telles que « y a t’il du monde dans le coin » (densité de population, les yeux), température au fond de la mer (comme le fait notre épiderme), ou encore sur la qualité et la quantité de bouffe présente dans l’environnement proche, un peu comme un bébé humain. Mais là, tout commence à diverger, car nous, nous commençons à nous prendre la tête dés ce moment là!!!. Pour autan revenons à notre petite bête.

Lorsqu’elle trouve son lieu idéal en fonction des éléments pré-cités, elle se fixe sur un rocher qu’elle ne quittera plus. Et dés cet instant, quelle est sa première action??? Elle se déguste le cerveau et le système nerveux. Ni plus, ni moins.

Hé oui, sans mouvement, nul besoin de s’offrir le luxe d’un cerveau. C’est une chose lourde, en terme de consommation d’énergie, et comme son activité principale est d’émettre une pensée toute les trois secondes, c’est également potentiellement un moyen de se mettre dans la mouise ou d’être mal dans sa peau toute les trois secondes!!

Sur l’article précité, je vous parlais de l’ascidie dans le cadre du mouvement dans le Yoga. Aujourd’hui, je vais vous reparler de la méditation, car il me semble que parfois, vous ne saisissez pas son essence. La méditation c’est être dans la situation de l’ascidie sur son rocher, une fois la dégustation de son cerveau terminée (attention, prenez cela comme une image!!!). En effet, elle ne se pose plus de question sur rien, elle ne cherche rien, elle n’attend rien (elle ne peut plus), bref elle médite!.

Je sais que certains vont me dire que j’abuse. Vous savez, j’ai des élèves qui sont entrés une fois en méditation, et qui n’y retourne pas depuis. Savez vous pourquoi? Parce que, justement, ils attendent que cela se reproduise! Et là est la première erreur.

Le but de la méditation, comme du Yoga étant d’harmoniser le corps et l’esprit, il faut cesser de privilégier le second par rapport au premier, dès que vous êtes dans l’attente, la recherche, le questionnement, vous ne pouvez pas être dans la méditation. La relaxation tout au plus.

Ne vous avais-je pas dit, il y a quelques temps , que le Yoga était méditation dans sa pratique profonde? Hé bien, si vous avez bien suivi, c’est exactement ce que je viens de vous proposer. Alors pratiquer le Yoga, ce n’est pas manger son cerveau, nous ne sommes pas des ascidies, mais tout au moins apprendre à le remettre à sa place. Tant dans sa partie posturale, respiratoire, que méditative, donc dans la plupart de ses facettes, le Yoga est une pause dans le présent. Je vous avais cité une phrase de BKS IYENGAR dans son livre « la bible du yoga » (voir bibliographie sur le site), dans laquelle il dit que pratiquer c’est « être dans l’éternel présent ».

Ici ce n’est pas dans le sens mystique qu’il faut voir cette assertion, mais bien dans un sens physique. Le temps s’écoulant, le présent naît de chaque instant, et si vous êtes dans ce présent, comme il se renouvelle d’instant en instant, éternellement, vous êtes forcément dans une forme d’éternité. Et si vous reprenez l’article sur le livre de Carlo Rovelli, alors le temps n’existant pas dans le monde quantique, vous êtes dans l’éternité quantique lorsque vous méditez, pratiquez, cuisinez, vivez dans ce présent!!!.

Et dans toutes les choses que je vous écris sur le Yoga, les neurosciences, la méditation, la présence, etc, etc, on en reviens toujours aux deux mêmes choses. Etre dans le présent, et Pratiquer le Yoga…….. Pas faire du Yoga!!!

Bonne pratique à tous.