méditation, neurosciences, séances, yoga

Le mode automatique

Je vous ai transmis, depuis quelques mois, et à travers plusieurs articles, une approche et une compréhension du Yoga à travers son histoire, ses racines, ses facettes, ou encore la culture qu’il véhiculait à tort ou à raison. J’ai essayé de vous faire toucher du doigt quelques unes de ses vérités pourtant si fluctuantes. J’ai également tenté de vous montrer les voies spirituelles que l’on pouvait suivre en filigrane.

Je voudrai vous parler à présent de différentes facettes de votre esprit (cerveau), les quelles engendrent des comportements qui vont faire en sorte de vous bloquer, ou de diminuer vos capacités de progression, tant au niveau mental que physique (rappelez vous toujours jamais l’un sans l’autre!!!). Et de ce que peut faire le Yoga sur cet état de fait. A condition toutefois qu’il soit pratiqué dans les directions que je vous indique.

Commençons, pour cela par évoquer quelques études scientifiques. A l’université de Toledo (Ohio State – USA), des chercheurs se sont amusés (j’aime bien dire cela au sujet de cette étude, même si pour eux ce n’était pas un jeu!!) à prendre deux groupes de personnes. Premier groupe les optimistes (genre moi,toujours au top!). Second groupe les pessimistes. Deux cas de figure : Premier test, on a donné de la farine à toutes les personnes traitées (dans une gélule), en leur affirmant qu’après la prise de cette dernière, ils se sentiraient mal (nocébo). Devinez quoi ? Peu de gens mal en point chez les optimistes,beaucoup chez les pessimistes. Second test, cette fois avec un placébo, c’était un comprimé pour dormir mieux. Là l’inverse, les optimistes ont eu un bien meilleur sommeil que les pessimistes.

Que cela peut-il vouloir dire pour vous ? Et quand, en début de méditation, je vous demande, par exemple, d’imaginer des parties de votre corps entrain de se détendre, quel lien pouvez vous envisager entre ces études et votre imagination ???

Pourtant, si vous regardez bien, la relation placebo/nocebo dans les études, ou l’utilisation de votre imagination dans la méditation, usite le même ressort mental. Pas de la même façon. Dans l’étude,on va utiliser une facette de ce que Vous avez décidé d’être pour obtenir une réaction, laquelle va rester conforme à l’idée que vous avez créé de vous. Dans le second cas, on va utiliser la même fonction (l’imagination), pour modifier un état (tension), afin de passer dans un état que vous ne connaissez pas (je ne parle pas là de méditants de longue date, juste de débutants, et particulièrement de mes élèves) dans lequel vous allez avoir le pouvoir de modifier vos réactions habituelles.

Le premier état fait partie de ce que je présentais l’autre jour en cours. Lorsque vous vous laissez guider par vos processus mentaux automatiques, une pensée similaire, va induire un choix de votre part identique, ce choix identique va, lui, amener une action et un type de comportement semblable, répétitif, ce qui va vous permettre de vivre une expérience que vous connaissez, laquelle va vous amener au même ressenti. Et ce ressenti va forcément vous ramener……… à une pensée similaire !!!

Vous ne trouvez pas que la boucle est bouclée ???

Le second, grâce au travail que je vous demande sur vous, à savoir ne pas venir faire de la gym pour être plus souple, ou vous entretenir, mais bien venir pratiquer le yoga, à savoir être ancrés dans le présent, et ressentir ce qui ce passe en vous, va vous permettre d’appréhender une nouvelle relation à vous, dans votre corps, et, de facto dans votre mental. Le travail postural ouvrant la voie au travail respiratoire, et la respiration ouvrant la voie à la méditation.

Bizarrement, on vient de boucler une nouvelle boucle !!!!! Sauf que, sauf que….

Sauf que cette boucle là, n’en est pas une ! Et là, je sens bien que je vous ai eu !!!!

Alors pourquoi ? Tout simplement, parce que si vous pratiquez, vous êtes forcement dans le présent (sinon vous faites de la gym sous forme de postures de yoga, pas du Yoga), et que dans ce présent, le ressenti que vous aurez, tant au niveau de votre corps que de votre souffle ou de votre mental, sera forcément différent d’un instant à l’autre. Parce que les limites de votre corps n’existent qu’a l’instant T, parce que votre souffle dépend de l’effort réel que vous êtes entrain de faire dans cette posture, et que si cet effort est différent,son ressenti aussi, donc votre souffle aussi, et que si ce souffle est différent entre l’instant T et l’instant T+1,alors votre mental sera forcément différent !. Donc contrairement aux apparences, il n’y a là aucune boucle, aucun automatisme, puisque chaque instant vous ouvre de nouvelles possibilité de réactions, de pensées, de vie !!!

Voilà comment le Yoga, pratiqué comme un art, va vous permettre de modifier, à terme, votre mental. Ou plutôt, Vous !. Et ce n’est là que la première partie de cette modification. Nous verrons ensemble d’autres aspect du Yoga, qui vont vous permettre de comprendre comment vous modifier profondément intérieurement. Et la méditation est un outil neuroscientifique et/ou spirituel majeur  de cette évolution.

Bonne pratique à tous.

2 réflexions au sujet de “Le mode automatique”

  1. Bonjour Philippe Merci pour cette belle analyse.Désolée de n’être pas allée au yoga aujourd’hui  j’avais formation toute la journée. J’espère vivement vous revoir tous lundi prochain. BisesNathalie Méreau 

    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s