Qui cherche, ne trouve pas

Pour ceux qui suivent mes publications , ces derniers temps je cherche à vous faire toucher du doigt le sens réel et profond du Yoga. Avec tout ce qu’il comporte de facettes, qui en font un art de vivre, autant qu’une philosophie, une médecine, ou une éthique.

Le problème, et là je m’adresse peut-être plus  encore à mes élèves, c’est que l’on confond trop souvent, pratique du yoga et mentalisation d’une pratique. je m’explique. Ce dimanche, je faisais une matinée de pratique, qui pour être guidée n’est pas un cours. L’une de mes élèves m’a dit ne pas venir, parce qu’elle ne pensait pas pouvoir « tenir physiquement » pendant 4 heures!!!!!!

Stupéfaction de ma part! Serait-il possible que mes élèves en soient au niveau ou la conscience qu’ils ont de leur corps leur ouvre les portes de la conscience des limites de ce dernier, au point d’être capables de définir ce que « il » peut faire ou non????.

Oh joie, oh bonheur, oh jubilation de mon égo, je suis un prof exceptionnel, et mes élèves le sont tout autant: je m’aime!!!

Hélas, retour rapide à la réalité. Dégringolade de l’égo. Il ne s’agissait là que d’une volonté du mental, de flémarder au lit en ce dimanche matin, plutôt que de pratiquer en commun pendant ces quatre heures. Voilà la présence avérée du mental,de la mentalisation de la pratique, et non le ressenti d’un corps. Et très souvent d’ailleurs quand les gens viennent au cours, si vous regardez le pourquoi, vous avez des réponses qui ne sont pas justement dans le Yoga: être plus souple, plus relâché(e) ou détendu(e), entretenir son corps, etc, etc….

Ceci peut être la définition d’un cours de gym, de pilate, ou toute autre pratique sportive ayant le  ou les buts sus-nommés! Pas du Yoga. Définitivement pas du Yoga!.

Le Yoga, et je ne vais pas vous en redonner une fois de plus la définition, est fait pour apprendre à ressentir. Le vivant, son corps dans son intégration au vivant, son mental dans son intégration à son corps, et l’unité du tout à travers l’unicité du soi. Point, à la ligne!.

Certes, mais alors concrètement que veut dire ce charabia? Tout d’abord qu’il va falloir cesser de rechercher à tout prix à analyser ce qui se passe, mais plutôt, encore une fois ressentir, ne pas chercher à tout prix ce qui devrait arriver mais essayer d’accueillir ce qui est en vous. Non pas de le trouver (trouver implique chercher!), mais accueillir. Ce qui est une partie, une composante de vous même, n’a pas besoin d’être recherché, trituré, analysé, transformé en équation, ou renvoyé à un algorithme.

J’ai eu des questions dans le style « mais es-ce-que je vais reconnaître , quand je fais de la méditation, le moment ou je vais lâcher, et être en méditation? ». Mais ce que vous appelez « être en méditation », c’est juste être vous! Comment imaginer que vous n’en soyez pas conscients? Quand cesserez vous de chercher CE QUE VOUS ETES ????, au lieu de l’être!

Je vous parlais récemment dans l’article « l’unité de l’unicité » (je vous conseille de le relire), de laisser un peu tomber l’égo, afin de recevoir le concret. C’est à dire d’accepter de n’être qu’une partie (certes unique, mais qu’une partie), d’une unité globale (de 14 milliards d’années, que l’on nomme l’univers), sans laquelle il n’y a rien, pas même vous ou moi!.

Vous rendez-vous compte que l’assemblage d’atomes et de molécules qui vous compose, s’il est mortel, au sens de cette unité, est immortel, au sens de sa constitution. Il va certes se dissoudre à un moment donné, mais pour recréer autre chose. De la même façon, vous avez une filiation avec cet univers et ces 14 milliards d’années, car s’il a fallu que le temps s’écoule pour que vous soyez ici aujourd’hui, tout ce qui vous compose a été crée à l’instant même du big bang, faisant de vous des vieillards de 14 milliards d’année.

Alors, essayez de vous laisser la chance de ressentir tous ce que vous êtes, d’observer plutôt que de gérer, et vous verrez que bien des choses vont s’éclairer, voir s’ouvrir.

Bonne pratique.

2 réflexions sur « Qui cherche, ne trouve pas »

  1. Merci beaucoup pour cet article qui rejoint ce que j’explique à mes élèves lors des stages shamballa 😉
    J’aime ta définition du yoga. Courte. Simple. Concrète. La même que la sophrologie et relaxotherapie.
    Bises

    J'aime

  2. Je viens juste de découvrir ton message. Comme quoi, je ne suis pas très doué sur mon propre site. Merci de ton commentaire. Bisous.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close