bien être, développement personnel, méditation, neurosciences, yoga

Le pouvoir de l’imagination

Suite à la lecture d’un article paru dans The New England Journal of Medicine (journal scientifique anglais reconnu), je voulais vous parler de ce que l’on appelle couramment l’effet placébo, et de son implication sur vous, votre corps et vos capacités à modifier le cours de votre vie, mais aussi de votre pratique du yoga.

Lorsque nous travaillons des postures difficiles ou délicates, je vous dis souvent, d’essayer de ne pas travailler en force en vous servant de votre cortex cérébral, mais plutôt de vous servir de votre corps en harmonie avec vos cerveaux. Je m’exprime mal, d’autant que visiblement vous avez du mal à comprendre.

Hé bien je vais ici essayer d’employer d’autres termes, d’être plus précis, et de vous donner un exemple du pouvoir qui est en vous, celui de votre imagination, laquelle est reliée à votre subconscient, et qui, en fait, explique cet effet placébo, lequel n’est qu’un effet du pouvoir de votre imagination.

Qu’est précisément l’effet placébo?. Lorsque l’on teste un médicament dans le monde entier aujourd’hui, sur un groupe de patient que l’on va séparer en deux, une partie va recevoir le médicament et l’autre partie un comprimé neutre. Afin d’assurer la stricte neutralité au niveau du patient, même le médecin ne sait pas qui reçoit l’un et qui reçoit l’autre (son comportement pourrait influer sur le résultat, tellement le pouvoir de l’imagination est puissant).

On s’aperçoit que même dans le groupe qui reçoit le placébo, il existe un effet qui se manifeste à hauteur d’environ 30% des patients (amélioration de l’état général du patient, à divers degrés, en fonction de la pathologie étudiée). Pourquoi? Parce que ces patients ont imaginé avoir reçu le médicament, et que même si ce n’était pas vrai, leur corps à réagi (capacité d’auto-guérison)  Mais ce que l’étude dont je parlais précédemment a montrée, c’est une implication à un autre niveau que celui d’un médicament.

Cet effet à été mis en évidence dans le cadre d’une chirurgie du genou. Pour une partie des patients, la vraie chirurgie a été faite, et dans le second groupe, seule une incision au niveau du genou a été pratiquée, afin de faire croire au patient que la chirurgie avait effectivement été pratiquée, alors que rien n’avais été fait (à l’exception de l’incision, bien sur!!).

Hé bien sur un suivi à deux ans, les personnes qui imaginaient, (croyaient) avoir été opérées, sans que rien n’ai été fait chirurgicalement parlant, avaient eu les même bénéfice en terme de santé, et les mêmes améliorations physiques que les personnes du groupe réellement opéré, simplement parce que l’imagination (j’ai été opéré, donc je vais aller mieux), avait été suffisamment puissante pour donner le même résultat que l’intervention chirurgicale elle même.

Et là, je vous entend déjà me dire quel rapport avec une posture de yoga? Mais tout, absolument tout!!!!!

Combien de fois ai-je entendu « mais ça, je n’y arriverai jamais », et pour chacun d’entre vous??? Et je ne parle que de mes élèves, mais les enseignants du monde entier, et dans tous les domaines l’on entendu un jour.

Et si pour une fois, vous tentiez de vous imaginer entrain de la prendre cette put…(excusez, je me lâche!!) de posture dans votre tête, si vous vouliez bien faire l’effort de vous visualiser entrain de la réussir au lieu de vous lamenter sur vos échecs répétés dans sa prise, si vous décidiez, enfin, de vous faire confiance, d’éteindre le flux d’information du cortex dans sa partie analytique laquelle, suivant les postures, me répond invariablement (à moi le prof) « j’ai les bras trop courts (pour toucher mes pieds) » ou « je n’ai pas d’abdominaux (pour les postures qui les mobilisent) », ou encore « de toute façon j’ai commencé le yoga trop tard », l’arme fatale de l’élève qui a décidé que de toute façon cette posture l’emmerdait (décidément, aujourd’hui, je me lâche fort!!!). et je ne parle absolument pas là, de postures impliquant effectivement une pratique commencée jeune, et de longue date, ou de postures réservées à des maîtres.

Quand vous vous comportez ainsi, vous essayez de me faire croire qu’avec une simple incision, on peut réparer un genou, mais qu’avec un peu d’imagination on ne peut pas arriver à prendre une simple posture de yoga!! Bref, je devrait prendre des vessies pour des lanternes. Désolé, je ne marche pas!.

Yoga signifie en sanscrit, joindre, unir. Cela a donné, chez nous le joug, la pièce qui unit les bœufs lorsqu’ils doivent labourer ensemble. Et si vous unissiez votre corps et votre imagination juste pour voir, au lieu de donner des réponses analytiques basées sur l’inconfort ou les tensions que vous ressentez dans cette posture, et non pas sur votre potentiel corporel, voir mental, voir spirituel?

Alors allons-y ensemble, et voyons……..

Bonne pratique à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s